L’agriculture biologique, une alternative ?

L’utilisation inconsidérée de produits chimiques toxiques par l’exploitation agricole industrielle a, en effet, entrainé la disparition progressive de la matière organique, la contamination des produits qui arrivent sur les tables, sans parler de l’augmentation de la résistance aux antibiotiques induite par l’abus de médicaments dans l’agriculture intensive. Responsable de l’appauvrissement des sols et de la qualité de leurs fruits, l’agriculture industrielle est aussi la principale cause de la pollution atmosphérique.

L’agriculture biologique, alliée de l’environnement

L’agriculture biologique est associée à des avantages liés à la qualité de l’environnement, à une augmentation de la productivité à moyen et long terme, à une réduction substantielle des besoins en irrigation et à une diminution des niveaux de pollution de l’eau. En outre, les avantages cumulés de l’agriculture biologique, tels que l’absence d’engrais de synthèse, la matière organique compostée dans le sol, le piégeage du carbone par le sol, la réduction des émissions de dioxyde de carbone agricole et la diminution de l’utilisation des combustibles fossiles se traduisent par un potentiel de réduction des gaz à effet de serre de 5,1 à 6,1 GT (milliards de tonnes) et l’équivalent en CO2. Cela signifie qu’une conversion mondiale aux méthodes de gestion biologique ferait passer l’agriculture d’un contributeur majeur au changement climatique à une activité à impact climatique nul. Rendez-vous sur parlonsagriculture.fr pour suivre l’actualité agricole.

Meilleur choix pour nourrir le monde

L’agriculture durable pourrait être la clé pour nourrir le monde à l’ère du réchauffement climatique. La confirmation vient d’une recherche qui apporte de nouvelles preuves à la théorie, selon laquelle, à long terme et surtout dans les pays en développement, ce modèle d’agriculture est la meilleure réponse au changement climatique. Comme le souligne l’étude, en cas de sècheresse, « il a souvent été démontré que les fermes gérées de manière biologique ont des rendements plus élevés que leurs homologues conventionnelles », car les engrais utilisés retiennent l’humidité dans le sol. Et la sècheresse est un phénomène de plus en plus courant à mesure que les températures augmentent.

Bien que les rendements soient inférieurs à ceux de l’agriculture traditionnelle, l’écart entre les deux cultures est moins important qu’on ne le pense. Une autre étude réalisée à l’université de Californie a par exemple montré que le déficit pourrait être réduit de plus de moitié en faisant tourner les cultures et en évitant les monocultures. Pour les légumineuses telles que les haricots, les pois et les lentilles, en revanche, il n’y a pas de différence entre les deux techniques de culture. En effet, dans ce cas, l’agriculture biologique pourrait être « une alternative très compétitive à l’agriculture industrielle ». Mais c’est le changement climatique qui est le point le plus important qui augmente la valeur des cultures durables.

Les aliments biologiques sont bons et sains

Les avantages des méthodes biologiques touchent, également la santé. Elle consiste en une variété de techniques agricoles basées sur des principes écologiques qui ont été perfectionnés au cours du siècle dernier et adoptés dans le monde entier, en particulier au cours des 20 dernières années. Ces techniques ont permis de produire des aliments sains et riches en biodiversité d’une manière durable, économe en énergie, décentralisée et axée sur la communauté. Le rapport scientifique commandé par le Parlement européen l’année dernière a montré que la consommation d’aliments biologiques est corrélée à une réduction du risque de maladies allergiques et d’obésité. Il est corrélé, également, à une diminution des effets négatifs sur le développement cognitif et neurologique des enfants causés par les niveaux actuels d’exposition aux insecticides, pendant la grossesse et la petite enfance. L’agriculture raisonnée a une teneur en cadmium inférieure à celle des cultures conventionnelles, le lait et la viande bio ont une teneur plus élevée en acides gras oméga-3, le rejet des antibiotiques dans la production animale minimise le grave problème de la résistance aux antibiotiques, avec des avantages potentiellement considérables pour la santé publique.

Quel sont les avantages de l’agriculture urbaine ?
Vendre ses céréales dans un négoce en ligne